Bretagne




On ne résume pas la Bretagne sur un présent d'adulte, mais bel et bien sur un passif d'enfant. Parce qu'avoir connu ces plages là, cet air là, ce rythme là depuis l'enfance, c'est ne plus pouvoir se détacher pleinement d'une certaine authenticité. Alors y revenir, chaque année, ne serait-ce qu'un week-end, comme un besoin viscéral de brume, d'iode et de port de pêche en plein visage. Y revenir pour le club de plage, la finesse du sable, le nom des rues, celui des crêperies, les pulls du soir et les peaux si dorées. Y revenir par passion, par nostalgie aussi : celle qui se faufile sur les marchés, dans les yeux des pères allant pêcher tôt le matin avec leurs fils devenus pères, eux aussi, dans les gestes des enfants, leurs attitudes si précises et intactes, comme une photographie, qui nous rappellent que rien ne change vraiment.



En tout cas pas ici. J'ai toujours pensé que mon optimisme débordant pour la vie, les gens et les situations me venait principalement de mes parents, de leur énergie, leur force, leur confiance absolue envers le temps qui passe et celui qui reste, mais je soupçonne que la Bretagne en fasse partie. Nous sommes éduqués quelque part... Je crois beaucoup à l'importance des lieux dans l'idée d'un souvenir. Les lieux éduquent autant qu'ils protègent. Ils sont synonymes de bons ou mauvais souvenirs, d'histoires, de rencontres, d'évidences, de hasard, et surtout, d'émotion. Quelques images d'un ciel qui se couvre et se dégage au rythme des marées et d'une Bretagne qui nous couve de son langage au rythme des années. 


Iphone photography only

1 commentaires:

  1. L'île de Berder est le lieu que je préfère en Bretagne... Il me reste plein de souvenirs d'odeurs de terre et de mer et de végétations sauvages. Vos photos sont superbes.

    RépondreSupprimer

 

© AUDREY All rights reserved . Design by Blog Milk Powered by Blogger